L’équipe « Archives et interculturalité » en mission à l’IMEC

Compte rendu de mission par Thomas Mercier et Benedetta Zaccarello

L’équipe « Archives et interculturalité », composée de Benedetta Zaccarello et de Thomas C. Mercier, propose de comprendre l’élaboration de la philosophie à travers l’étude de manuscrits et de documents d’archives. Le travail archivistique permet de repenser l’écriture philosophique en la replaçant dans les réseaux de connexions interpersonnelles, interculturelles et transnationales qui auront permis l’émergence de concepts, de systèmes et de théories nouvelles. Il s’agit donc de penser le travail théorique comme une matière vivante, loin des représentations traditionnelles qui en feraient le résultat des ratiocinations abstraites et anhistoriques d’un penseur solitaire.

L’équipe s’est rendue à l’Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine (l’IMEC, situé à l’abbaye d’Ardenne en Normandie) du 4 au 7 décembre. L’objectif était double. Premièrement, les membres de l’équipe ont pu consulter les fonds très riches de l’IMEC. L’Institut vise à réunir une « mémoire vive du livre, de l’édition et de la création », et donc à valoriser un patrimoine culturel qui « contribue au développement des recherches scientifiques sur la vie littéraire, artistique et intellectuelle contemporaine, ses créateurs et ses médiateurs, ses réseaux et ses institutions, son économie et ses productions ». La charte de l’IMEC dessine donc des objectifs très similaires à ceux de l’équipe « Archives et interculturalité ». À de nombreux égards, la politique de conservation de l’IMEC suppose une prise en compte des croisements entre production intellectuelle et engagements politico-institutionnels, entre travail de l’écrivain et politiques éditoriales. Ainsi, il s’agit de comprendre la production artistique ou théorique en tant qu’elle s’inscrit dans des rapports interinstitutionnels et interpersonnels à l’intersection des histoires individuelles et collectives.

Deuxièmement, l’équipe « Archives et interculturalité » a participé au séminaire du « Projet Archive », organisé à l’initiative du Collège International de Philosophie et de sa présidente, Isabelle Alfandary. Après New York, Paris et Londres, le séminaire a eu lieu à l’abbaye d’Ardenne le vendredi 7 décembre. L’objectif général du séminaire est de réfléchir à la question de l’archive, à ses enjeux contemporains et à ses transformations en cours. Pour cela, le « Projet Archive » réunit des institutions prestigieuses, françaises et internationales, ainsi que des chercheurs d’horizons variés travaillant sur des matériaux archivistiques. À l’occasion du séminaire du 7 décembre, Pascale Butel, Marjorie Delabarre, Albert Dichy et François Bordes ont présenté l’IMEC et ont évoqué quelques « expériences d’archives ».

Des publications et des événements sont en cours de préparation pour l’année 2019-2020 et l’équipe « Archives et interculturalité » participera activement à ces initiatives de recherche à venir.

Lors de sa visite à l’IMEC, Benedetta Zaccarello a pu prolonger ses recherches en cours sur les dossiers génétiques des différents projets de Marguerite Duras qui tournent autour de la rédaction et du tournage de Détruire dit-elle. Au sein de l’œuvre de Duras, ce titre désigne en effet aussi bien un récit qu’un scénario, outre le premier film que Duras aura tourné elle même après les succès de Hiroshima mon amour et de Moderato Cantabile, qu’elle avait écrit respectivement pour Alain Resnais et Peter Brook. Le travail sur archive montre que Duras greffe sur un premier scénario achevé déjà en 1967 et mettant en scène une crise de couple et un triangle amoureux, des questionnements inspirés par les événements de 1968 concernant la relation entre dimension politique et expérience amoureuse et érotique. Il en naît une philosophie de l’histoire et une théorie du « mutant » destinées à marquer la pensée de Duras et à ouvrir de nouvelles lignes de développement dans son œuvre à venir. Les matériaux d’archives permettent non seulement de comprendre la complexité d’un tel projet artistique de Duras, qui se reflète au miroir de différents langages et médiums (récit, scénario, film). Mais aussi de saisir le lien entre ces œuvres souvent considérées obscures par la critique, et le contexte de leur genèse, permettant ainsi d’en comprendre les multiples enjeux. Notamment, les archives portent la trace des échanges avec Blanchot, engagé en 1968 avec Duras et Mascolo dans le « Comité d’Action Étudiants-Écrivains ». Par là, ces papiers permettent de mieux comprendre la dimension philosophique de certains concepts clés de ce réseau de projets durassiens, tel la « destruction capitale » évoquée par le titre. Ce séjour à l’IMEC prépare l’édition critique du scénario de 1967, laissé inédit par Duras, commenté et annoté par Benedetta Zaccarello. Aussi, ces recherches d’archive nourrissent des recherches théoriques sur la question de la mutation.

De son côté, Thomas C. Mercier aura pu consulter le fonds Jacques Derrida — non seulement des notes préparatoires et des carnets à usage personnel qui préfigurent l’élaboration des matériaux théoriques destinés à la publication, mais aussi des documents ayant trait aux engagements institutionnels et associatifs du philosophe. L’objectif est donc de montrer comment ces différents documents peuvent être étudiés de manière croisée, afin de redonner une idée plus précise et plus juste des conditions de l’élaboration de la pensée théorique, inscrite et située dans les circonstances contextuelles d’un certain paysage intellectuel et politique. Ces circonstances sont rarement discernables dans les publications à proprement parler, et la recherche archivistique est l’outil le plus adéquat pour les mettre à jour, rendant ainsi à l’étude de la philosophie son caractère vivant et engagé. Par exemple, Thomas C. Mercier s’est intéressé aux matériaux concernant les engagements de Derrida auprès d’intellectuels tchécoslovaques (autour de la Charte 77, et de l’Association Jan Hus fondée en 1981), ce qui lui a permis de mettre en lumière de riches correspondances entre les initiatives concrètes du penseur et les principes de sa pensée politique qui s’élaborent en parallèle. Des rapports similaires ont pu être discernés en ce qui concerne le travail de Derrida dans le cadre du Groupe de Recherche sur l’Enseignement de la Philosophie (GREPH, crée en 1975) et l’organisation des États Généraux de la Philosophie (1979). Il s’agit ici aussi d’un riche réseau de connexions interpersonnelles et d’influence réciproque entre intellectuels, dessinant ainsi un paysage culturel transdisciplinaire et transnational. L’IMEC est une plateforme particulièrement adaptée à ce genre de recherches car l’Institut regroupe des fonds d’auteurs, penseurs, écrivains ayant travaillé ensemble de leur vivant, dans le cadre de l’enseignement, de l’engagement politico-institutionnel, ou tout simplement dans la production intellectuelle et la publication. En ce qui concerne la recherche de Thomas C. Mercier, cela aura ainsi permis une étude croisée de différents fonds (Louis Althusser, Jean-Pierre Vernant, Sarah Kofman, Philippe Lacoue-Labarthe, etc.) qui aura contribué à mettre à jour des connexions et des jeux d’influence parfois insoupçonnés.



Citer ce billet
Claire Madl (2019, 7 janvier). L’équipe « Archives et interculturalité » en mission à l’IMEC. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi8l