Art et pouvoir, le pouvoir de l’art. III. Journée d’étude annuelle de l’équipe HISTARA

Compte rendu par Adéla Klinerová

Le 5 décembre 2018, s’est tenue, à l’Institut national d’histoire de l’art à Paris, la journée d’étude annuelle de l’équipe de recherche HISTARA – Histoire de l’art, des représentations et de l’administration dans l’Europe moderne et contemporaine, dirigée par Sabine Frommel, dans le cadre de l’École pratique des hautes études (EPHE), et affiliée dorénavant à l’université de recherche Paris Sciences et Lettres (PSL).

Il s’agissait du troisième volet d’une journée d’étude consacrée aux liens entre l’art et le pouvoir. La reprise de ce thème, qui se révèle toujours aussi fécond, a permis à certains membres de l’équipe de croiser à nouveaux, mais d’un point de vue différent, des sujets abordés lors de la dernière édition de la journée d’étude. Une certaine continuité des axes de recherche se lisait dans le programme de l’événement. Le pouvoir a encore une fois été traité dans ses formes diverses, qu’il soit représenté par un souverain, par l’État, par une administration, une institution culturelle, un commanditaire ou encore par le marché de l’art. De la même façon, l’art a été saisi dans sa compréhension la plus ample depuis les domaines traditionnels des beaux-arts, via l’urbanisme et jusqu’aux pratiques sociales, comme par exemple l’organisation des tournois à la Renaissance.

La première séance, présidée par Rachel Lauthelier-Mourier (EPHE), a été ouverte par Émilie d’Orgeix (EPHE), qui a traité dans sa communication un sujet relativement négligé, celui de la fonction du vide dans le tissu urbain. L’intervenante s’est en effet concentrée sur le statut et la représentation des gigantesques zones vides qui entouraient autrefois les villes-fortes : espaces non aedificandi, non bâtis. Zones périphériques, ces lieux sont surtout étudiés au prisme de l’industrialisation des temps modernes. Le but de cette communication a été au contraire de traiter l’époque des XVIIe et XVIIIe siècles et de montrer comment ces espaces vides étaient investis pour une matérialisation du pouvoir.

En continuité avec la première intervention, puisque ce « glacis » était aussi le lieu privilégié des tournois, Marina Viallon (EPHE) a abordé le sujet des tournois à la cour de France à la Renaissance. Son propos était d’abord de restituer ce sujet en tant que tel : tandis que la tradition médiévale des tournois demeura présente à la Renaissance, la culture des tournois de la Renaissance est aujourd’hui pratiquement tombée dans l’oubli. En prêtant une attention appuyée à la typologie des joutes et aussi aux armures des tournois qui sont des objets d’art précieux car conservés en petit nombre, Marina Viallon a souligné l’aspect politique et social de ces spectacles militaires issus de la culture chevaleresque.

Par la suite, Kristina Deutsch (Westfälische Wilhelms-Universität Münster) a présenté une analyse détaillée du pavillon des bains du château de Nymphenburg à Munich. Ce bâtiment solitaire situé dans le parc du château, soigneusement décoré et équipé, est une construction hybride à plusieurs égards. D’une fonction double, privée et semi-publique, il servait seulement au souverain, mais pouvait être visité par des visiteurs privilégiés. Il s’agit ainsi à la fois d’un lieu de retraite et d’un lieu de pouvoir et de représentation. En outre, sa réalisation architecturale et artistique s’inscrit dans la longue tradition des bains princiers en Allemagne, mais elle est aussi nourrie des modèles français et italiens.

Emmanuel de Waresquiel (EPHE) a achevé la séance du matin par une contribution sur les métamorphoses de la liberté représentée dans les projets architecturaux d’un monument destiné à être érigé sur les lieux occupés par la Bastille après la démolition de cette dernière. L’analyse était centrée, entre autres, sur le personnage de Pierre-François Palloy, auteur de plusieurs projets conservés sous forme de gravure, sur une médaille, en ce qui concerne le projet retenu mais non réalisé, et aussi dans un cahier d’esquisses inédit. Rappelons que c’était Palloy qui avait dirigé la démolition de la Bastille et qui avait aussi pris le soin d’en relever le plan qu’il fit ensuite graver. Une centaine de maquettes sculptées de la forteresse avaient encore été exécutées, dont il reste aujourd’hui une dizaine environ.

Non sans lien avec la contribution de l’année précédente consacrée au roi de Perse Cyrus en tant que représentant du bon gouvernant, Rachel Lauthelier-Mourier (EPHE) a présenté, lors de la séance de l’après-midi présidée par Isabelle Saint-Martin (EPHE), la réception en France de la découverte des ruines de la ville de Persépolis. Grâce à des voyageurs qui s’étaient rendus sur le site, nous possédons aujourd’hui un nombre important de descriptions et de représentations iconographiques qui, étant parfois très fantaisistes, aident à restituer l’imaginaire de la Perse au XVIIe siècle.

Barbara von Orelli (Université de Zurich) a consacré sa contribution à un bâtiment Art déco peu connu : le préventorium du Rosaire, situé dans le paysage montagneux des Sciernes-d’Albeuve en Suisse. Réalisé au début des années 1930 par Guido Meyer, ce bâtiment avait été prévu pour accueillir des femmes et des jeunes filles tuberculeuses. Accessible par un portique et composé de plusieurs terrasses, ce complexe au plan asymétrique abrite également une chapelle richement décorée par des peintures murales et des vitraux. Comme l’a souligné Isabelle Saint-Martin, cet ensemble est stylistiquement proche de la production contemporaine des Ateliers d’Art Sacré.

Florence Descamps (EPHE) a lors de son intervention repris le sujet du ministère de l’Économie et des Finances de Paris-Bercy, en questionnant cette fois les décors ministériels. L’ameublement et la décoration intérieure des bureaux avait fait l’objet d’une cascade de concours artistiques, et l’intervenante a abordé à la fois l’histoire budgétaire des concours et la question des critères du choix et du rôle du goût personnel des représentants de l’État. Cette recherche est néanmoins limitée par le manque de photographies historiques permettant de restituer l’état originel des bureaux et aussi parce que peu de sources d’archives sont accessibles.

Par la suite, Agnès Callu (CNRS) a traité le thème des commandes artistiques d’un autre point de vue, celui du statut social des artistes. Le focus a été mis sur la période s’ouvrant avec les années 1980, considérées comme une période de transition, et récemment ouvertes à l’investigation historique. En abordant le champ du marché de l’art, des foires d’art contemporain ou des galeries d’art privées, l’intervenante a réfléchi sur le statut de l’artiste selon le prisme d’une relation de domination. Ce questionnement est justifié par une frustration ressentie par les artistes eux-mêmes, dont certains dénoncent leur statut de victimes de la domination du système établi dans la sphère artistique.

Dernier intervenant, Jean-Miguel Pire (EPHE) a ouvert le sujet de la position de l’histoire de l’art dans le système scolaire obligatoire. Il a ainsi poursuivi la réflexion abordée lors de la journée d’étude de l’an dernier en développant une comparaison avec le milieu italien, évoquant aussi la position de certain personnages historiques, dont par exemple Condorcet, en ce qui concerne l’importance de la transmission artistique et de l’accès à l’art par tous. Le rôle des musées dans le système d’éducation a également été abordé.

Cette journée d’étude a finalement démontré l’étendue des intérêts scientifiques des membres de l’équipe dans le domaine de l’histoire et de l’histoire de l’art. Lancée par les thèmes historiques, la discussion a progressé dans une ambiance collégiale vers des thématiques très actuelles qui touchent de près chaque historien de l’art et suscitent donc des réflexions de fond sur la capacité de l’implication personnelle des chercheurs dans le débat public.

Pour toute information complémentaire concernant l’équipe HISTARA, ses activités scientifiques et ses actualités, voir le site Internet : http://equipe-histara-ephe.fr/.