Quand tous les chemins menaient à Paris. Les échanges artistiques entre la France et l’Europe médiane au XIXe siècle

Compte rendu par Adéla Klinerová

Les 26 et 27 juin 2018 a eu lieu à Prague une journée d’étude organisée par le CEFRES en collaboration avec l’Institut d’histoire de l’art de l’Académie tchèque des sciences (ÚDU AV ČR), l’Institut d’histoire de l’art de la Faculté des lettres de l’Université Charles (ÚDU FF UK) et la Galerie nationale de Prague (NG). Des chercheurs de six pays européens se sont réunis à cette occasion dans les salles solennelles du siège central de l’Académie tchèque des sciences pour discuter des échanges artistiques entre la France et l’Europe médiane au cours du long XIXe siècle.
L’objet de la rencontre était de reprendre le sujet désormais classique en histoire de l’art qu’est le rayonnement de la France artistique, et de l’analyser au prisme de la théorie des transferts culturels. Il a ainsi été question de différents aspects de la diffusion, de la transmission et de la réception de la culture française dans le domaine des beaux-arts.
La conférence d’ouverture était prononcée par Marek Zgórniak (Université Jagellone, Cracovie), spécialiste de l’architecture néo-Renaissance du XIXe siècle et de l’art français pré-impressionniste, qui s’est également intéressé aux artistes polonais actifs et reconnus en France, en particulier aux élèves polonais de l’académie Julian et à Jan Matejko. Marek Zgórniak a présenté les échanges artistiques entre la France et l’espace culturel polonais de la fin du XVIIIe siècle jusqu’au début du XXe siècle et a démontré ainsi la forte tradition des relations franco-polonaises dans le domaine artistique. En ce qui concerne les commandes architecturales, l’ameublement et la décoration des intérieurs, la formation des collections artistiques ou encore la peinture de portrait, le milieu de la noblesse reste très important, puisqu’il s’agit d’un groupe social qui entretenait des relations sociales à l’échelle internationale. C’est ensuite la grande émigration polonaise, le plus souvent à destination de la France, qui, dès les années 1830, œuvre aux échanges artistiques franco-polonais : une centaine d’artistes polonais se sont ainsi installés en France.
La conférence d’ouverture était suivie d’une séance présidée par Richard Biegel (ÚDU FF UK, Prague) et centrée sur la transmission des styles, des modèles et des idées. Karolina Stefanski (Université technique de Berlin) a introduit cette séance avec une communication sur la diffusion et les transformations du style Empire dans le contexte de la production des objets d’argenterie entre Berlin, Varsovie et Vienne. Emeline Houssard (Sorbonne Université / Centre André Chastel, Paris) s’est ensuite interrogée sur le rôle du « modèle Baltard » dans la construction des marchés couverts dans les capitales européennes, surtout à Berlin, à Vienne et à Budapest, en traitant à la fois des réalisations, des plans architecturaux et des références présentes dans les sources imprimées. Par la suite, les formes diverses de la référence française dans les revues tchèques spécialisées d’architecture, parmi lesquelles le Bulletin de la Société des architectes et ingénieurs du Royaume de Bohême, ont été abordées dans la communication d’Adéla Klinerová (CEFRES / ÚDU FF UK, Prague / EPHE, Paris).
La deuxième séance, présidée par Michael Werner (CNRS / EHESS, Paris), a porté sur l’expérience directe du milieu parisien, en matière de formation artistique, des salons et des colonies d’artistes. Konrad Niemira (ENS, Paris / Université de Varsovie) a ainsi présenté les collections acquises en particulier à Paris par Michał Hieronim Radziwiłł et son épouse Helena, mais aujourd’hui dispersées. Il a analysé, entre autres, un ouvrage peu connu qui témoigne des pratiques des ventes de tableaux de cette époque : la Vente aux enchères des tableaux rue de Cléry à Paris par Jean Pierre Norblin de la Gourdaine (1797 ; Musée national de Varsovie). Kristýna Hochmuth (ÚDU FF UK / NG, Prague) a traité des premiers artistes tchèques actifs en France dans les années 1850-1860, en particulier de Jaroslav Čermák et Hippolyt Soběslav Pinkas. Elle s’est interrogée sur les motivations qui les ont poussés à se rendre en France, mentionnant entre autres l’enseignement rigide dispensé à Prague, des raisons politiques et l’attrait de la formation au sein des ateliers privés parisiens. Stéphanie Baumewerd (Université technique de Berlin) a repris la question de l’enseignement artistique, cette fois-ci à partir de l’exemple de Carl Steffeck, peintre allemand qui passa par l’atelier de Paul Delaroche et, avant de devenir professeur à l’Académie de Berlin puis directeur de l’Académie de Königsberg, possédait un atelier privé à Berlin sur « le modèle parisien – le seul qui soit exemplaire ». L’intervention de Stéphane Paccoud (Musée des Beaux-Arts, Lyon) a ensuite mis l’accent sur « l’école de Paul Delaroche » entendue comme formule picturale qui devint en Europe centrale le modèle français de la peinture nationale.
La troisième et dernière séance, présidée par Taťána Petrasová (ÚDU AV ČR), a été consacrée aux réseaux de relations, c’est-à-dire d’une part aux médiateurs individuels et d’autre part à la transmission de savoir-faire. Réka Krasznai (Université Loránd Eötvös / Galerie nationale hongroise, Budapest) a abordé la question des peintres hongrois actifs à Paris, en particulier de leur statut dans la société artistique parisienne. Elle a surtout montré le rôle décisif des critiques d’art dans la réussite ou l’échec de ceux-ci. La communication de Kati Renner (Université technique de Dresde / Berlinische Galerie) a traité du peintre Otto Hettner, représentant des courants artistiques modernes, dont la variété de l’expression picturale est considérable et, de cette manière, difficile à saisir. Menant une recherche sur Ivan Meštrović, Barbara Vujanović (Université de Zagreb / Musées Ivan Meštrović – Atelier Meštrović, Zagreb) a présenté l’œuvre de ce sculpteur du point de vue de la diplomatie culturelle et de l’engagement de l’artiste dans les questions politiques. Elle s’est également concentrée sur ses relations avec des artistes tchèques, notamment avec Bohumil Kafka. Anežka Mikulcová (ÚDU FF UK, Prague) a consacré sa communication à l’art de la silhouette, dont les racines peuvent être recherchées dans le milieu français, et à la variété de son application en particulier dans les arts graphiques. Enfin, Małgorzata Grąbczewska (Université de Gdańsk / Musée Łazienki, Varsovie) a traité de la transmission rapide du savoir-faire photographique depuis la France vers la Pologne grâce à l’activité des Polonais venus en France dans les années 1830. Ceux-ci trouvèrent dans le champ nouveau de la photographie un moyen de gagner leur vie. Parmi les divers aspects de la diffusion de ce savoir-faire artistique et technologique, l’intervenante a envisagé la question pratique de la disponibilité du matériel photographique.
Les discussions abordées lors de la conférence ont continué dans les salles de la Galerie nationale – Veletržní palác, où nous avons pu, guidés par Kristýna Hochmuth, visiter l’exposition temporaire La fin de l’âge d’or. Gustav Klimt, Egon Schiele et le modernisme viennois et les collections d’art tchèque du XIXe siècle. Notre petite troupe a même improvisé un tableau vivant, devant une œuvre de Jakub Schikaneder.
La journée d’étude s’est achevée à l’Institut français de Prague par une conférence de Michael Werner (CNRS-EHESS, Paris). Spécialiste de l’histoire socioculturelle des relations franco-allemandes, chercheur qui a introduit le champ de recherche sur les transferts culturels, élargi plus tard au concept d’histoire croisée, sa conférence pragoise s’inscrivait dans le cadre de ses travaux sur les pratiques sociales de la musique. Elle a porté sur les transformations de la vie musicale en Europe au XIXe siècle, du double point de vue de l’internationalisation de la vie musicale et de la nationalisation progressive des schèmes de l’interprétation et de la réception de la musique. Pour interpréter ces transformations, Michael Werner se sert de textes contemporains, par exemple des articles de Richard Wagner dans la Gazette musicale, mais assez souvent aussi de matériau iconographique. Mentionnons à titre d’exemple la caricature Une annonce de concert par Honoré Daumier (1843), ou bien le tableau Liszt au piano par Joseph Danhauser (1840).
Reste enfin à souligner l’ambiance chaleureuse et amicale qui a accompagné l’événement ainsi que les discussions vives et enrichissantes qui ont eu lieu. Appréciant la qualité des communications prononcées, les organisateurs souhaitent publier celles-ci sous forme d’un ouvrage collectif. En attendant, les enregistrements des conférences donnés par Marek Zgórniak et Michael Werner sont disponibles sur la chaîne youtube du CEFRES : M. Werner : « La musique, un art universel ? »