Voltaire du Rhin au Danube. XVIIIe-XIXe siècles

Compte rendu par Claire Madl

Les 22 et 23 juin 2018 se sont déroulées à Paris les journées de la Société des études voltairiennes organisée par le Centre d’étude de la littérature et de la langue françaises des XVIIe et XVIIIe siècles (CELLF, Université Paris-Sorbonne), en collaboration avec le CEFRES et la Voltaire Foundation, et consacrée à la relation entretenue par Voltaire avec les pays allemands et habsbourgeois.

La rencontre s’est ouverte par l’étude des œuvres de Voltaire consacrées à l’histoire des pays du Saint-Empire. Les Annales de l’Empire étaient présentées par Gérard Laudin (Sorbonne université), l’Essay sur les mœurs par Myrtille Mericam Bourdet (U. Lyon II). Ces deux chercheurs ont reconstitué les sources de Voltaire et ses partis-pris conceptuels, en particulier celui de brosser une histoire résolument politique et évolutive où la religion intervient dans ses enjeux politiques seulement et où les individus ne maîtrisent pas vraiment les forces avec lesquelles ils sont aux prises. L’Empire présenté par Voltaire est protégé du despotisme et maintenu en équilibre grâce aux forces contradictoires qui l’animent et à la faiblesse même des Habsbourg. Les notions qu’il oppose sont celles de droit féodal et de pouvoir suprême, de sacerdoce et de gouvernement, de tropisme italien et de tropisme allemand.

Un panel envisageait ensuite les appropriations des œuvres de Voltaire qui eurent cours outre-Rhin, en particulier leurs adaptations à des contextes sociaux particuliers. Renaud Bret-Vitoz (U. de Toulouse J. Jaurès) examinait la façon dont Voltaire adapta la pièce Adelaide du Gesclin pour être jouée dans le cadre curial de Potsdam et sur le théâtre de Berlin sous le titre Le Duc d’Alençon. L’utilisation des textes de Voltaire a été aussi évoquée à partir de l’exemple de La Henriade ; Daniele Maira (U. de Göttingen) retraçait en effet les appropriations lexicales, les controverses versologiques auxquelles elle a donné lieu, son instrumentalisation politique et enfin son emploi dans les ouvrages pédagogiques pour l’enseignement du français.

Linda Gil (U. de Montpellier) a enfin présenté les tractations politiques auxquelles se prêtèrent les éditeurs des œuvres de Voltaire parue dans les années 1780, associés autour de Beaumarchais dans la Société littéraire typographique. Installée en face de Strasbourg, à Kehl, pour échapper entre autres à la censure, la société fut confrontée aux complexités institutionnelles du Saint-Empire afin d’obtenir les autorisations indispensables : celle du margraviat de Bade et celle de l’Empereur. Les contraintes du marché du livre auxquelles fut soumise la diffusion des oeuvres de Voltaire dans la monarchie des Habsbourg étaient ensuite analysées par Claire Madl (CEFRES)

Une table ronde consacrée aux manuscrits de Frédéric II a permis de faire connaître ensuite les derniers travaux menés sur les interventions de Voltaire sur ces manuscrits à partir d’analyses minutieuses, celle de la Poloniade (Natalia Speranskaya, Bibliothèque nationale de Russie) de L’Art de la guerre (Vanessa de Senarclens, A. Krups Wissenschaftskolleg, Greifswald) et des Œuvres du philosophe de Sans Souci (Gillian Pink, Voltaire Foundation, Oxford). Elles ont été l’occasion d’examiner les modes de diffusion souvent méconnus des œuvres du souverain et du philosophe dont ces documents témoignent : diffusion confidentielle de l’imprimé, copies illicites par des contrefaçons, édition publique, copie de commentaires manuscrits.

L’analyse du commentaire par J. G. Reinbeck d’un manuscrit clandestin de Voltaire et de son utilisation par E. Ch. Manteuffel a permis à Nicholas Cronck (Voltaire Foundation) de donner une relecture plus radicale des idées de Voltaire et de sortir de l’opposition généralement acquise entre le matérialisme de Christian Wolff et la pensée du philosophe français. Cette intermédiation redonne du poids à la pensée d’un Voltaire dont les penseurs outre-Rhin se sont souvent progressivement éloignés.

De même, par l’analyse fine de la position de F. H. Jacobi, fondée sur les écrits et sur la correspondance de ce dernier avec Herder par exemple, Sylvie Le Moël (Sorbonne Université) a montré que Voltaire fut au centre des discussions et fit l’objet d’une lecture approfondie alors que la lecture de Rousseau ou de Montesquieu a jusqu’à présent été mieux mise en valeur par les chercheurs. Ritchie Robertson (U. d’Oxford) retrouvait encore Voltaire chez Wieland,  dans les engagements de ce dernier et au coeur de ses sources.

L’analyse des intermédiaires linguistiques ayant assuré la diffusion de l’œuvre de Voltaire dans les pays de la monarchie des Habsbourg a mis en relief différents modèles de transmission.
Le premier est celui d’une transmission directe avec les premières traductions hongroises, qu’elles soient imprimées ou restées à l’état de manuscrit. Les traductions d’un des correspondants bien connus de Voltaire en Hongrie, le comte Fekete, ont été présentées par Emese Egyed (U. de Cluj-Napoca). Étudiées plus en détail par Olga Penke (U. de Szeged), les traductions hongroises permettent de suivre l’affirmation d’un vocabulaire (par exemple celui de la tolérance) et de thématiques proprement voltairiennes.

La littérature tchèque présente quant à elle un modèle de transmission qui ne repose pas sur des traductions. Jean Boutan (Sorbonne U.) a en effet tenté de replacer l’œuvre héroï-comique, Děvín de Šebastián Hněvkovský (1829) dans la lignée de la Pucelle d’Orléans. Ce dernier texte généralement connu ne fut traduit en tchèque qu’en 1963, tandis que le genre de l’épopée héroï-comique a pu être considéré comme typique de la littérature slave. La ligne de transmission semblant interrompue, c’est en creux que Voltaire se donne à lire dans la structure, la position de l’auteur ou le style de l’œuvre.

Durant ces deux jours, l’amphithéâtre Michelet a accueilli chercheurs et étudiants qui ont concouru à animer les débats tandis que les lectures à haute voix données le 22 au soir ont permis à tous de savourer la verve et le piquant qui ne furent pas le dernier facteur du succès du grand auteur dans toute l’Europe.



Citer ce billet
Claire Madl (2018, 3 juillet). Voltaire du Rhin au Danube. XVIIIe-XIXe siècles. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi8d