Journée doctorale 2018 du GDR « Connaissance de l’Europe médiane »

Compte rendu par Florence Vychytil-Baudoux

Le vendredi 18 mai, le GDR « Connaissance de l’Europe médiane » organisait sa journée d’étude doctorale annuelle à l’Institut d’études slaves de Paris.

L’objectif était triple : favoriser le dialogue interdisciplinaire et la connaissance de l’Europe médiane, soutenir le développement d’une dynamique de réseau entre chercheurs travaillant sur cette aire, et offrir une visibilité accrue aux travaux des jeunes chercheurs.

Venus de disciplines aussi diverses que l’histoire, l’histoire de l’art, la géopolitique, la science politique ou encore le droit, neuf doctorants ont ainsi eu l’occasion de présenter leurs recherches au cours de trois panels thématiques.

Le premier panel était consacré à « la construction des identités collectives et individuelles », analysée au prisme de l’art et de la création artistique. Marlena Wilczak s’est ainsi interrogée sur les possibilités heuristiques offertes par l’analyse des écrits ordinaires de l’artiste-peintre Olga Boznańska pour saisir le processus créatif de celle-ci, tandis qu’Ekaterina Vinogradova a montré comment les œuvres présentées à la Biennale de Venise donnaient à voir un imaginaire national post-soviétique en (re)construction.

Dédié aux relations internationales, le deuxième panel a permis de réexaminer la notion d’impérialisme via l’étude de la présence austro-hongroise en Chine (Mathieu Gotteland), de s’interroger sur la question des personnes déplacées après la Seconde Guerre mondiale à travers le regard de l’État tchécoslovaque (Jana Kasíková) ou encore de questionner le monde associatif comme instance de reconstruction de la société civile kosovare contemporaine (Julia Nietsch).

Le troisième et dernier panel a été l’occasion d’aborder le problème des minorités nationales dans diverses configurations spatio-temporelles. Il a d’abord été question de la minorité magyarophone dans la Slovaquie contemporaine (Djurdja Roganovic) puis des Polonais en France et aux États-Unis pendant la Guerre froide et de la manière dont les circulations transatlantiques et l’imaginaire de la dispersion informent les pratiques collectives locales (Florence Vychytil-Baudoux). Après un exposé retraçant l’évolution du droit des minorités (Noel Boy), la journée s’est conclue par une réflexion sur la diplomatie minoritaire à partir de la question des Juifs de Pologne dans l’entre-deux guerres (Joshua Leung).

Fructueuse, cette journée d’étude a permis de faire le point sur une partie des problématiques qui structurent actuellement la recherche sur l’Europe médiane, tout en opérant d’utiles rapprochements avec le reste du continent européen. Au-delà des thèmes fédérant chaque panel, des questionnements transversaux ont pu être mis en évidence, qu’ils aient trait au corps politique, à la mobilité ou encore à l’action collective. Autant de discussions qui ne manqueront pas d’être poursuivies à l’avenir.



Citer ce billet
Claire Madl (2018, 29 mai). Journée doctorale 2018 du GDR « Connaissance de l’Europe médiane ». Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi8b