J. Bouveresse : Le mythe moderne du progrès

Le mythe moderne du progrès, décortiqué et démonté par le philosophe Jacques Bouveresse à partir des critiques de Karl Kraus, Robert Musil, George Orwell, Ludwig Wittgenstein et Georg Henrik von Wright,  Marseille, Agone, « Cent mille signes », 2017, 110 p.

Compte rendu par Petr Horák

Le petit livre publié sous ce titre par la Maison d’édition marseillaise Agone dans la série « Cent mille signes » fait apparaître une nouvelle critique émise par le philosophe Jacques Bouveresse à l’encontre des mythes de notre monde contemporain. Plus que contre les mythes, la critique se déploie contre l’usage de notions vidées de leur contenu, vidées de sens. Jacques Bouveresse, professeur émérite de la Sorbonne, déteste toute imprécision dans le langage philosophique ou prétendument scientifique ; il l’a maintes fois prouvé dans ses livres, en s’inspirant très souvent de certains de ses auteurs favoris, philosophes et littéraires, parmi lesquels en premier lieu Friedrich Nietzsche et Robert Musil. Nous les trouvons de nouveau dans ce dernier ouvrage en bonne compagnie : Ludwig Wittgenstein, Georg Henrik von Wright, Karl Kraus, George Orwell et d’autres encore.

Des écrivains connus plus peut-être en Europe Centrale qu’en France sont pris comme référence, comme Johann Nepomuk Nestroy ou Georg Christophe Lichtenberg, par exemple. On trouve en effet beaucoup de noms et beaucoup de citations pour un petit ouvrage limité à cent mille signes. Celui-ci présente néanmoins très bien les doutes provoqués par l’usage exorbitant, excessif, du mot « progrès » en toute occasion, à n’importe quel sujet, considéré comme neuf, et éblouissant dans sa nouveauté.

Il n’est ici question que de cet usage superflu du terme. Jacques Bouveresse démontre bien dans ce dense petit ouvrage une vérité fâcheuse, à savoir qu’en utilisant le mot « progrès » nous nous masquons à nous-mêmes le fait qu’aucun progrès réel, admirable, de nos connaissances et de nos compétences ne permettra aux hommes de se libérer définitivement de leur condition humaine. En dépit de tout progrès, acquérir l’immortalité, ce vieux rêve, demeure une utopie, peut-être l’une de dernières utopies contemporaines (Thomas Wolff, Trois utopies contemporaines. Paris, Fayard 2017).



Citer ce billet
Claire Madl (2018, 29 mai). J. Bouveresse : Le mythe moderne du progrès. Forum Recherche du CEFRES. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mi8a