La Ligne entre l’humain et l’animal. Approches interdisciplinaires

par Chiara MENGOZZI, post-doctorante au CEFRES

Du 7 au 9 février 2017 une trentaine de chercheurs venant de dix pays d’Europe centrale et occidentale mais aussi des États-Unis et d’Afrique du Sud se sont rencontrés à Prague à l’occasion du colloque La Ligne entre l’humain et l’animal. Approches interdisciplinaires dans le but de reconceptualiser les frontières entre les animaux humains et non humains. Il s’agissait, d’une part, de mettre en question la « thèse de l’exception humaine » propre à la tradition philosophique occidentale et d’essayer, d’autre part, de penser les animaux à partir de leur irréductible singularité. Issu d’une collaboration entre plusieurs institutions (le CEFRES, l’Université Charles, l’Académie des sciences de République tchèque, l’Université de Bielsko-Biała, le CRAL et l’Institut français de Prague), ce colloque a été organisé afin de créer un véritable réseau en études animales en Europe centrale et orientale, grâce à un dialogue inédit et fécond avec des chercheurs provenant de divers horizons disciplinaires (histoire, littérature, philosophie, visual studies, film studies).

Nous avons eu l’honneur d’accueillir trois keynote speakers, figures éminentes du monde académique et spécialistes reconnus dans le domaine : Anne Simon, chargée de recherche au CNRS, qui représente l’approche zoopoétique et a été la responsable, entre autres, de deux projets de recherche (Animalittérature et Animots) qui ont contribué de manière décisive au récent rayonnement en France des études animales ; Kari Weil, professeur à l’université Wesleyenne aux États-Unis et auteure de l’incontournable Thinking Animal. Why Animal Studies Now? (Columbia University Press, 2012), qui fournit un précieux état des lieux du champ d’étude et s’attache à repositionner les frontières entre les humains et les animaux en revenant sur les concepts philosophiques de honte, mort et deuil appréhendés de sorte à problématiser le « propre de l’homme » ; Éric Baratay, professeur à l’Université Jean Moulin Lyon III et auteur de Le point de vue animal. Une autre version de l’histoire (Seuil, 2012) et du récent Biographies animales. Des vies retrouvées (Seuil, 2017), capables de révolutionner les études historiques non plus centrées uniquement sur les acteurs humains mais aussi sur les vécus des bêtes qui côtoient, accompagnent et entourent les humains dans leurs pratiques.

Les conférences des trois professeurs invités, centrées respectivement sur l’écriture des biographies animales (Éric Baratay), sur le dressage et le lien émotionnel entre les hommes et les chevaux (Kari Weil) et sur les implications cognitives et éthiques de l’approche zoopoétique (Anne Simon), ont tracé la structure générale du colloque dont les contributions étaient regroupées en trois sections thématiques. La première s’est caractérisée par l’effort de « relire en contrepoint » les documents historiques et les textes littéraires de notre tradition de sorte à éclairer le rôle joué par les animaux, habituellement marginalisés (Maria Gindhart, Violette Pouillard, Chiara Mengozzi, Quentin Montagne, Anita Jarzyna, Jana Gridneva). Une deuxième section a approfondi la pluralité des relations entre les êtres humains et les animaux et la multiplicité de frontières qui à la fois nous séparent et nous rapprochent des bêtes (Kári Driscoll, Anna Barcz, Catherine Du Toit, Michał Krzykawski, Olivier Vayron, Tereza Vandrovcová, Nicolas Picard). La troisième a analysé les topoï et les stratégies littéraires, picturales ou cinématographique, tels que la métamorphose, le shamanisme ou la vue en caméra subjective, qui nous permettent d’imaginer et saisir la vie des animaux, leur « être-au-monde » singulier et pluriel (Eva Beránková, Jonathan Pollock, Matilde Accurso Liotta, Fae Bauer, Concepción Cortés Zulueta, Enrico Riccardo Orlando, Lenka Svobodová, Ondřej Krajtl).

Ce colloque s’est distingué par la profusion des débats, l’originalité des perspectives adoptées et la grande qualité des conférences qui ont privilégié des corpus jusqu’alors négligés par les spécialistes du domaine. La cristallisation d’un réseau centre-européen de chercheurs en études animales s’annonce résolument prometteuse.

Voir les « key-note » conférences enregistrées sur la chaîne You Tube du CEFRES :

 

 

 

 

 

« Literature and Animal Expressiveness: of the Cognitive and Ethic Aspects of Zoopoetics » by Anne Simon (EHESS / CNRS)

 

 

 

 

« Animal Magnetism and Moral Dressage: Horses and Their Humans in 19th Century France » by Kari Weil (Wesleyan University)

 

 

 

 

« L’écriture des biographies animales » par Éric Baratay (Université Jean Moulin Lyon III)