Archives de catégorie : Compte rendu

La violence animale est-elle exemplaire au Moyen Age. Autour de la “Cigogne adultère” – J. Berlioz

 

Conférence de M. J. Berlioz 15.5.2015
Conférence de M. J. Berlioz 15.5.2015

A partir d’un riche corpus de textes et d’images, Jacques Berlioz (CNRS / EHESS, Paris) a montré comment les animaux étaient employés dans le discours « exemplaire » médiéval, et notamment dans les sermons. Après une présentation de la symbolique des représentations de la cigogne, le récit moral de la cigogne adultère, qui finit tuée par les siens, a permis à Jacques Berlioz d’observer les relations entre les récits exemplaires et les impératifs de régulation sociale. En particulier, les comportements violents des animaux y sont utilisés pour mettre en valeur les actes déviants (abandon d’enfants, adultère), jouant à la fois sur la capacité d’identification de l’auditeur / lecteur à l’animal et sur l’irréductibilité de l’animal par rapport à l’homme.

La tradition de la philosophie française du corps et de la vie

Ce colloque organisé par Anne Gléonec (chercheuse à l’Institut de Philosophie de l’Académie des Sciences de République tchèque) s’est tenu du 10 au 12 mars 2015. Il s’est ouvert par une introduction de son organisatrice visant à problématiser l’idée même d’une « tradition » de la philosophie française du corps et de la vie. La notion d’une tradition de la pensée, dès lors qu’on y attache l’épithète d’une nation ou d’un territoire, est tout sauf évidente, pour ne pas dire – après Levinas – qu’elle ajoute à la grossièreté d’un possessif dès qu’il s’agit d’une pensée. Cet écueil avoué, c’est de manière restrictive que l’idée d’une tradition française a été considérée tout au long de ces journées, c’est-à-dire en prenant cette philosophie française comme une communauté de langue française, et non une restriction nationale.

Continuer la lecture de La tradition de la philosophie française du corps et de la vie