Archives de catégorie : Compte rendu de livre

Mazouz Sarah : La République et ses autres

Mazouz Sarah, La République et ses autres. Politiques de l’altérité dans la France des années 2000, Lyon ENS Editions, 2017, 282 pages.

Compte rendu par Florence Vychytil-Baudoux (doctorante à l’EHESS associée au CEFRES)

Avec La République et ses autres, issue d’une thèse de doctorat en sociologie soutenue en 2010 à l’EHESS, Sarah Mazouz propose une lecture critique de l’universalisme républicain, dont elle montre qu’il est en réalité « particularisant » (p. 13) et participe de la production et de la banalisation « d’un discours racialisé de l’appar-tenance nationale » (p. 215).

 

Continuer la lecture de Mazouz Sarah : La République et ses autres

Shlomo Sand : La Fin de l’intellectuel français ?

Shlomo Sand, La Fin de l’intellectuel français ? De Zola à Houellebecq. Paris, La Découverte 2016, p. 275. Traduit de l’hébreu par Michel Bliss

Compte rendu par Petr Horák

 

 

 

 

 

 

 

Cet ultime livre de l’historien israélien, professeur à l’université de Tel Aviv, confirme sa renommée d’enfant terrible de l’historiographie contemporaine. Continuer la lecture de Shlomo Sand : La Fin de l’intellectuel français ?

Kaoutar Harchi : Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne

Kaoutar Harchi : Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne. Des écrivains à l’épreuve. Paris, Éditions Pauvert, 2016.
Compte rendu par Alžběta Stančáková,
FF UK, stagiaire au CEFRES

Le titre de l’essai de Kaoutar Harchi, sociologue au Cerlis (Université Paris Descartes / CNRS), est inspiré  d’un texte de Jacques Derrida, dans lequel ce dernier exprime son rapport à la langue française[1]. Né dans une famille de Juifs séfarades et ayant vécu en Algérie jusqu’à l’âge de 19 ans, Derrida écrit dans Le Monolinguisme de l’autre : « Être franco-maghrébin, l’être ‘comme moi’, ce n’est pas, pas surtout, surtout pas, un surcroît ou une richesse d’identités, d’attributs ou de noms. Cela trahirait plutôt, d’abord, un trouble de l’identité[2]. » Derrida continue en soulevant la question de la citoyenneté. Continuer la lecture de Kaoutar Harchi : Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne

Claire Zalc : Dénaturalisés. Les retraits de nationalité sous Vichy

Claire Zalc : Dénaturalisés. Les retraits de nationalité sous Vichy, Paris, Seuil, 2016.
Compte-rendu par Florence Vychytil-Baudoux (doctorante CRH EHESS, Paris)

C. Zalc : Dénaturalisés (couv.]

S’il est communément admis que 15 154 personnes furent “dénaturalisées” sous le gouvernement de Vichy, la loi du 22 juillet 1940 qui prévoyait “la révision de toutes les acquisitions de nationalité française intervenues depuis la promulgation de la loi du 10 août 1927” (49) aurait pu concerner près d’un million de personnes. Parce qu’elles avaient fait l’objet d’un dossier, c’est sur les naturalisations par décret (environ 650 000 personnes) que l’administration se concentra. Continuer la lecture de Claire Zalc : Dénaturalisés. Les retraits de nationalité sous Vichy

Dominique Lestel : « À quoi sert l’homme ? »

Dominique Lestel, À quoi sert l’homme ? Paris : Fayard, 2015.
Compte rendu par Marc Palenicek (doctorant, U. de Paris 8)

Poursuivant les réflexions qu’il a développées sur les rapports de l’homme et de l’animal dans ses ouvrages L’Animalité : essai sur le statut de l’humain (éd. de l’Herne, 2007) ou L’Animal est l’avenir de l’homme (Fayard, 2010), Dominique Lestel se saisit dans son dernier essai de l’ancienne interrogation philosophique de la finalité de l’homme pour la reposer en des termes pratiques et se demander : « À quoi sert l’homme ? ». Continuer la lecture de Dominique Lestel : « À quoi sert l’homme ? »