Mazouz Sarah : La République et ses autres

Mazouz Sarah, La République et ses autres. Politiques de l’altérité dans la France des années 2000, Lyon ENS Editions, 2017, 282 pages.

Compte rendu par Florence Vychytil-Baudoux (doctorante à l’EHESS associée au CEFRES)

Avec La République et ses autres, issue d’une thèse de doctorat en sociologie soutenue en 2010 à l’EHESS, Sarah Mazouz propose une lecture critique de l’universalisme républicain, dont elle montre qu’il est en réalité « particularisant » (p. 13) et participe de la production et de la banalisation « d’un discours racialisé de l’appar-tenance nationale » (p. 215).

 

Parce qu’elle porte sur les assignations racialisantes, cette étude peut être rapprochée des travaux d’Abdellali Hajjat sur l’islamophobie, de ceux de François Masure sur les naturalisations ou encore de ceux de Claire Zalc sur les dénaturalisations sous Vichy. Le thème, donc, n’est pas neuf. Ce qui l’est davantage, c’est la manière dont Sarah Mazouz met en évidence les rouages et ressorts d’une « racialisation à la française » (p. 216) qui, sous couvert d’universalisme républicain, préside aux logiques d’inclusion et d’exclusion qui fondent l’ordre national.

Pour saisir l’articulation entre « autre » et « national », la chercheuse a mené de 2004 à 2009 deux enquêtes ethnographiques complémentaires à « Doucy ». Dans cette grande ville d’Île-de-France renommée ainsi par souci d’anonymat, elle s’est intéressée tant à la lutte contre les discriminations qu’aux procédures de naturalisation, afin de donner à voir et à comprendre la « reconfiguration des politiques françaises de l’altérité » (p. 24) depuis l’émergence de la question des discriminations raciales comme problème et enjeu politique à la fin des années 1990.

C’est d’abord la politique antidiscriminatoire qui est interrogée. De la reconnaissance des discriminations raciales, amorcée en 1998 avec la publication d’un rapport du Haut Conseil à l’Intégration, Sarah Mazouz écrit qu’elle est « inachevée » (p. 31) ou encore « en trompe-l’oeil » (p. 65).

La politique de lutte contre les discriminations qui est alors déployée est en effet pensée comme un prolongement de la politique d’intégration, sans que soit revisitée l’articulation entre égalité et différence. Alors que le « phénomène discriminatoire [ne fait pas encore] l’objet d’une connaissance stabilisée » (p. 53), la question des discriminations raciales se heurte, aux plans politique et institutionnel, à la persistance d’un cadre de représentations et de pratiques hérité du paradigme de l’intégration, tandis qu’elle peine à trouver des relais au plan associatif, où elle est perçue comme concurrente de l’antiracisme. Au final, en l’absence d’un « espace de la cause » (p. 61), que la chercheuse impute aux « conditions sociales d’émergence » du problème (p. 65), le nouveau dispositif institutionnel et législatif achoppe à catalyser une politique de réparations efficace.

À partir de 2004 et dans le sillage de l’électrochoc des élections présidentielles de 2002, on assiste à « l’effacement progressif des injonctions antidiscriminatoires » (p. 104). Au référentiel de la lutte contre les discriminations raciales succède en effet celui de l’égalité des chances, supplanté finalement par celui de la diversité. Or, cette universalisation s’accompagne d’une déjudiciarisation et d’une technicisation de l’action anti-discriminatoire, où les enjeux ne sont plus tant posés en termes d’égalité, qu’en termes de moyens. S’impose ainsi une vision dépolitisée et « non-volontariste » (p. 96) moins coûteuse en termes politiques et symboliques, d’où la question raciale tend à être évacuée. Les discriminations raciales ainsi disqualifiées, les réparations sont dès lors appréhendées sur le mode de la « faveur » ; elles le sont d’autant plus que les victimes se voient symboliquement exclues du groupe national comme « étrangers » ou « immigrés » sur la base d’assignations racialisantes que les agents du dispositif anti-discriminatoire eux-mêmes contribuent à produire tout en se trouvant, de par leur position, au-dessus de tout soupçon.

C’est ce constat qui incite Sarah Mazouz à s’intéresser ensuite aux modalités d’élaboration des frontières externes du groupe national via une seconde enquête consacrée, celle-là, aux naturalisations. Loin des statistiques qui donnent « l’image d’une nation ouverte aux nouveaux citoyens français » (p. 109), la chercheuse rappelle judicieusement que la naturalisation est juridiquement une faveur (et non un droit) et montre comment l’entrée dans la citoyenneté est pensée comme une épreuve, réservée aux plus méritants. Les critères qui permettent d’apprécier le mérite des postulants sont flous et implicites. Qualifiés de « bons » ou de « mauvais », les dossiers font l’objet d’une appréciation morale, tandis que l’entretien d’assimilation linguistique se révèle, dans la majorité des cas, un entretien d’assimilation culturelle. Alors que les postulants s’efforcent de répondre aux attentes supposées de l’administration, les assignations racialisantes jouent à plein. Certes, différentes postures bureaucratiques peuvent être repérées, témoignant de variations dans le « rapport moral à la nation et à la nationalité » (p. 136) selon la trajectoire personnelle des agents, mais la distinction entre « eux » et « nous » n’est jamais véritablement remise en cause.

La naturalisation ne suffit cependant pas à empêcher cette mise à distance, comme en témoignent les cérémonies de naturalisation. S’il s’agit de « manifester et renforcer l’intégration des nouveaux citoyens français » (p. 169) en mettant en scène la République et sa grandeur, Sarah Mazouz montre de manière particulièrement convaincante comment la thématisation particulière de la liberté et de l’égalité sert à signifier aux naturalisés leur altérité. La liberté y est ainsi traitée sous l’angle quasi-exclusif de la laïcité, tandis que l’égalité est abordée au prisme de l’égalité entre hommes et femmes. En mettant en exergue « le caractère inaccompli du naturalisé » (p. 168) et en lui enjoignant de se montrer digne de la faveur qui lui a été accordée, la cérémonie de remise des décrets explicite donc le « sens de la catégorie de naturalisé » (p. 169), et notamment l’illégitimité persistante de celui qui est « advenu autrement dans la nationalité » (p. 23). Avec finesse, l’auteure distingue cependant les cérémonies qui se déroulent en préfecture de celles qui se tiennent en mairie. Alors que les premières se focalisent sur la reconnaissance due par les nouveaux Français à la République, les secondes mettent davantage l’accent sur « le rôle civique et politique » des naturalisés, invités à être les « premiers défenseurs de l’exigence d’égalité qui fonde la citoyenneté » (p. 205). L’occasion de rappeler, au passage, que l’entrée dans la citoyenneté ne suffit pas à faire taire les discriminations…

Parce qu’elle s’efforce de penser ensemble « institutions » et « sujets », autrement dit les pratiques administratives et leur réception par les usagers, la deuxième partie de l’ouvrage (chapitres 3 et 4) apporte une contribution importante à la connaissance et à la compréhension des interactions administratives. La chercheuse inclut sa propre procédure de naturalisation dans son terrain, ce qui lui permet d’être « sans doute plus attentive aux formes d’anticipation que les postulants pouvaient faire des attentes de l’administration » (p. 24). Si ce positionnement a pu être source de « dilemmes moraux » (p. 116), notamment lorsqu’elle observe malentendus et incompréhensions entre agents administratifs et postulants, sa démarche réflexive et ses efforts constants pour objectiver sa subjectivité de chercheuse constituent une autre piste de réflexion particulièrement stimulante de cette belle enquête. Mais c’est d’abord pour son intérêt heuristique qu’il faut lire La République et ses autres : Sarah Mazouz y met brillamment en exergue les apories de l’universalisme républicain où l’exigence de colorblindness permet d’occulter la question raciale, la « construction du problème des discriminations » produisant dès lors « un retour à la nation » (p. 213).