La spatialité esthétique. Retour sur Ludwig Binswanger

Compte rendu par Lara Bonneau (Université Paris 1- doctorante associée au CEFRES)

La journée d’étude consacrée à Ludwig Binswanger du samedi 13 mai 2017 s’est tenue à l’initiative de Raphaëlle Cazal (CEPA- Université Paris 1) et Lara Bonneau (CEFRES-Université Paris 1) à l’UFR de Philosophie de l’Université Paris 1. Cette journée de recherche a réuni artistes, philosophes, thérapeutes spécialistes de la Daseinsanalyse, dans une réflexion plurielle sur la spatialité esthétique.

Psychiatre et analyste, Ludwig Binswanger (1881-1966) fonda « l’analyse existentielle » (Daseinsanalyse) et la mit en pratique dès les années 1930 à la Clinique Bellevue de Kreuzlingen. Il révolutionna la psychiatrie d’une part et la psychanalyse d’autre part en mettant en question leurs présupposés depuis une perspective phénoménologique, soit en déplaçant la focale du psychisme au sujet phénoménologique et son monde. Prenant au sérieux la corrélation phénoménologique originaire selon laquelle il n’est de sujet sans monde ni de monde sans sujet, Binswanger posa ainsi qu’il ne suffit pas d’examiner la maladie psychique sous son aspect bio-fonctionnel afin de chercher ses déterminations physiologiques, mais qu’il convient de prendre en compte tout l’être-au-monde de l’homme malade. Le but de la cure n’est dès lors pas de faire disparaître des symptômes, mais de « re-possibiliser » l’existence de l’homme malade, soit de lui permettre de s’arrimer de nouveau au monde, d’y retrouver un ancrage.

Les différentes interventions ont permis de cartographier un vaste champ de travail tant du point de vue du contenu que des méthodes mises en œuvre. Comment comprendre le caractère pluriel de l’espace ? De quelle manière l’art est – il à l’instar de l’architecture selon Schmarsow – « configurateur d’espace » (Raumgestalter) ? Que nous apprend la maladie psychique sur la façon dont l’espace se donne au sujet intentionnel ? En joignant le pas à Binswanger, lequel thématise un espace « pathique » ou « thymique » différent de l’espace de la géométrie euclidienne et de l’espace cinétique du corps-propre, les différents intervenants ont travaillé sur la façon dont l’espace est affecté par notre manière de nous y tenir.

La communication liminaire de Jeanine Chamond (Psychologue clinicienne, psychothérapeute de formation analytique et maître de conférences) a permis de poser le cadre théorique de cette journée en thématisant deux des principes fondamentaux de l’analyse existentielle : celui des  « directions de sens » et celui du « style existentiel». L’espace est d’emblée polarisé par des directions qui ne sont pas neutres : hauteur, bassesse, verticalité, horizontalité, étroitesse ou largeur revêtent pour le sujet qui se tient dans le monde une signification thymique. Dans la pathologie mentale une direction particulière s’impose au malade et empêche son arrimage au monde : c’est par exemple l’égarement dans la hauteur de la manie, l’écrasement et la chute dans la dépression. Dans la continuité de cette première intervention, Lara Bonneau (doctorante en philosophie, CEFRES-Université Paris 1) a montré que ces deux directions de sens (ascension et chute) apparaissent comme le lieu d’un dialogue entre l’œuvre de Binswanger et celle de l’historien d’art Aby Warburg qui fut son patient de 1922 à 1925 à Kreuzlingen. Présentées par Warburg comme des objets de recherche iconographiques – il enquête sur les différentes « figurations » de la Chute de Phaéton, ainsi que sur le culte de Mithra – elles sont en réalité le lieu d’une interrogation plus profonde sur le rapport originaire de l’homme au monde, lequel s’élabore selon Warburg par une déprise progressive de la phobie. L’interrogation esthétique est donc le lieu pour lui d’un questionnement psychologique plus vaste.

Mais comment la spatialité s’élabore-t-elle dans la pratique artistique elle-même, et en particulier dans la sculpture ? Patrice Alexandre, artiste-sculpteur et professeur à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts a montré à partir d’une réflexion sur la pratique de Rodin, comment plein et vide dialoguent dans le passage du moulage à la fonte, et dans le jeu d’échelles consistant à former d’abord en miniature des statues à la taille réelle extrêmement imposante.

Travaillant à la fois en philosophe et en psychologue, dans une perspective analytique, Matthieu Frèrejouan (doctorant EXeCO-Université Paris 1) a présenté un exposé sur les hallucinations auditives propres au vécu schizophrénique à partir d’une réflexion sur la spatialité dont il y va dans le fait d’ « entendre des voix dans sa tête ». Quelle spatialité ce « dans » met-il en jeu ? Le phénomène hallucinatoire se donnant dans le discours du patient, il convient de resituer ce discours, et d’analyser non l’aspect formel de cet espace « subjectif », mais bien plutôt l’attitude adoptée par l’halluciné vis-à-vis de son hallucination.

Caroline Gros-Azorin, psychanalyste et philosophe a ensuite présenté une communication fidèle aux principes de l’analyse existentielle binswangerienne. Partant d’un cas clinique de psychose hystérique, elle a d’abord exposé ses manifestations phénoménales et le travail entrepris dans la cure avec sa patiente, puis elle a montré comment les catégories éthico-esthétiques du mal, du sale et du laid, pouvaient apparaître dans ce cas clinique comme les points de fixation extrêmes de dyades privées de leur pôle opposé et définissant dès lors le rapport au monde de la jeune patiente. Au long du travail de la cure, la « re-possibilisation » de l’existence a consisté dans un rétablissement et un rééquilibrage de la valeur des pôles opposés, le « bien, le beau, le saint ».

Enfin, revenant à l’aspect esthétique de la spatialité, Raphaëlle Cazal (doctorante CEPA-Université Paris 1) a présenté un exposé sur l’affinité existant entre les concepts de rythme, d’eurythmie et de symétrie en architecture, et dans le champ de la Daseinsanalyse. Partant des apories qui consistent à définir l’architecture comme un art de la symétrie, ou une pure tectonique, elle a proposé une réflexion sur les directions fondamentales de la verticalité et de l’horizontalité mises en jeu dans la Daseinsanalyse afin de redéfinir la notion de rythme architectural.

Chaque communication a été suivie d’un échange chaleureux et soutenu, enrichi par la diversité des champs disciplinaires des différents intervenants et du public.